jer.me : le blog de Jérôme Bouteiller
Un peu plus de dix ans après le faux départ de MicroOptical, une start-up américaine dont la technologie de "lunette augmentée" avait attiré de nombreux investisseurs dont les français d'Essilor, c'est au tour de Google de s'intéresser aux binocles connectées au travers du "Glass Project".

En une douzaine d'années, Google s'est taillé un empire sur le web avec une audience de près d'un milliard d'internautes. Mais la firme de Montain View n'entend pas se limiter aux ordinateurs et mène depuis quelques années une diversification à marche forcée, sur les mobiles d'abord, avec le succès d'Android (un million d'activations par jour), sur les téléviseurs ensuite, avec une seconde vague de boitiers Google TV attendus dès cette été.

Mais les ingénieurs de Google ont sans doute croisé ceux de MicroOptical dans les années 2000 et savent que l'écran de nos lunettes est également un mass media en puissance. Dans les pays occidentaux à la population vieillissante, plus de la moitié de la population porte déjà des verres correcteurs. Et ceux dont la vue est nette sont également nombreux à porter des lunettes de soleil.

Le défi technique consiste donc à transformer ces verres inertes en écrans, capables de diffuser dans notre champs de vision des informations, mais surtout d'inventer de nouvelles interfaces homme-machine, permettant l'interaction avec cet écran. Dans le Glass Project, le prototype de Google diffuse dans le champs de vision des informations contextuelles (messages, carte, appels, etc...) et l'interaction est réalisée principalement par la voix mais également par l'orientation du champs de vision (données météo).

Des technologies encore assez complexes et qui expliquent sans doute le port d'un Sac à dos à Sergey Brin, le fondateur de Google aux commandes de Google Labs, lors de la première sortie publique de ce prototype de lunettes. Mais des technologies que l'on commence néanmoins à retrouver sur nos smartphones - toujours plus puissants- et qui pourraient permettre d'envisager la commercialisation de ces lunettes, au moins comme accessoire, dans les toutes prochaines années.




0 commentaire

Technosphère

Samedi 7 Avril 2012

Rss
Facebook
LinkedIn
Twitter
Google+