jer.me : le blog de Jérôme Bouteiller
Depuis 15 ans et l'annonce de la "convergence" de tous les contenus (téléphone, internet, télévision, vod, ...) dans un seul et même tuyau (adsl, câble, fibre, ..), la grande peur des opérateurs et de perdre la capacité à facturer les services à valeur ajoutée de leurs clients et d'être cantonnés à un simple rôle de transporteur.

Plutôt perspicaces au début des années 2000, les opérateurs cellulaires français ont alors massivement investi dans des environnements multimédia mobiles monétisés (MMM), très différents du dynamique mais brouillon World Wide Web (WWW). Qu'il s'agisse d'Orange World chez France Telecom, de Vodafone Live pour SFR ou de l'i-Mode chez Bouygues Telecoms, nos opérateurs ont cherché à créer des écosystèmes surfacturés, s'inspirant directement du modèle du Minitel.

Malheureusement pour eux, ces environnements ont été balayés en quelques années par des écosystèmes plus performants comme l'App Store de l'iPhone. En subventionnant massivement l'iPhone et en s'associant aux campagnes de communication d'Apple, les opérateurs ont même accéléré le déclin de leurs solution. Ils n'ont pour le moment d'autre choix que de soutenir d'autres environnements comme ceux de Google (Android), Nokia (OVI) ou Microsoft (Windows Phone) qui partagent une partie de leurs gains avec eux tout en les confortant dans un simple rôle de transporteur ayant perdu le contrôle de la valeur ajoutée.

Sur les réseaux fixes (ADSL, câble, fibre), la situation est pour le moment bien différente. A l'initiative de Free, tous les opérateurs proposent depuis quelques années des boîtiers multi fonctions, communément appelés "Box", et combinant les fonctions de modem, de magnétoscope numérique ou de routeur. Des boîtiers qui permettent aux opérateurs de contrôler la distribution de services à valeur ajoutée (téléphonie, télévision, VOD, ...) mais qui sont à leur tour menacés. Malgré le relatif échec des médiacenters de Microsoft, la "télévision connectée" aiguise les appétits de grands noms de l'électronique comme Sony, Samsung ou Philips mais également de Google ou désormais d'Apple, dont le nouveau boîtier Apple TV, permettant la location de films, est commercialisé moins de 100 dollars.

Face à ces menaces stratégiques, les opérateurs semblent opter pour des stratégies différentes. Tandis que SFR travaille sur une Neufbox 3D, qu'Orange entend compléter ses livebox de tablettes sous Android, c'est une fois de plus Free qui semble comprendre le marché. En attendant sa future Freebox V6, qui sera apparemment un véritable ordinateur multimédia (avec sans doute navigation sur le web), l'opérateur a discrètement lancé cet été un Free Store mais surtout sa "Free Factory", un véritable environnement de développement pour les applications conçues sur le framework Elixir.

Quand on constate à quelle vitesse les opérateurs ont perdu le contrôle de leurs smartphones et la menace que font peser Apple, Google ou Samsung sur l'avenir de nos "box", on peut même se demander si les opérateurs français ne devraient pas envisager une alliance technologique entre eux. Une alliance qui réduirait sans doute les éléments de différenciations entre leurs box mais qui permettrait à nos champions nationaux de ne pas être transformés en vulgaire tuyaux à haut débit mais à faible valeur ajoutée.
Combat de Box bientôt sur nos écrans


0 commentaire

Blogosphère

Vendredi 3 Septembre 2010

Rss
Facebook
LinkedIn
Twitter
Google+